Coach depuis quelques années, j’ai réorienté mes recherches et mon travail au début de l’année 2017. En effet, il me semblait que le travail du coach, qui s’appuyait dans mon cas essentiellement sur l’échange verbal, le raisonnement et le questionnement s’enrichirait d’une approche plus introspective, plus approfondie et faisant intervenir l’instinct, les réactions épidermiques, les émotions.

Bref, ce qu’on ne maîtrise pas toujours. 

 

Sortir du mental, utile serviteur mais piètre maître, c’est se donner la chance d’être plus vrai et d’éviter de tourner autour du pot. Et c’est là que le coaching commence à devenir intéressant. Avec une matière plus brute, si on peut changer les choses, c’est pour de bon. Les transformations, les prises de conscience sont ancrées pour de vrai. 

Le discours, c’est bien. Nous restons des êtres de parole. Mais les tripes, c’est bien plus juste et bien plus efficace!

 

J’ai donc commencé par un travail sur l’analyse des rêves et de l’inconscient. Car les rêves, ça vient du corps (rêver est un phénomène physiologique) et ça ne se maîtrise pas. Cependant, dans notre culture, on a peu l’habitude de prêter attention à ses rêves et, qui plus est, nombreux sont ceux d’entre nous qui ne se les rappellent pas. 

 

En tout cas, pour ma part, c’est un rêve qui m’a fait découvrir l’équicoaching. Lorsque je l’ai compris, j’ai testé, j’ai adoré, je me suis formée. 

J’ai été littéralement bluffée par l’efficacité du travail avec le cheval.Et oui!

C’est un partenaire instinctif (un animal qui ne communique pas verbalement, mais avec son corps et donc son coeur), émotif (ses émotions lui sauvent la vie), et coopératif (il vit en troupeau et c’est la garantie de sa sécurité). Ces qualités font de lui le partenaire idéal pour mettre à jour et ancrer profondément (en passant par le corps, les émotions, la kinesthésique) de nouvelles ressources et de nouveaux comportements aidants et porteurs.

 

Avec le cheval, on a toujours une deuxième chance, il ne nous juge pas, il est cash. On ne peut pas tromper un cheval, il se fiche de l’éloquence et s’adresse directement et sans mots à votre être profond. Ça déménage! Et en coaching, c’est justement ce qu’on veut, non?

 

Tous les protocoles de coaching sont adaptables au travail avec le cheval.

On ne monte pas sur le cheval pendant les séances, tout se fait à pied.

Vous avez peur des chevaux? Tant mieux! C’est une occasion formidable de guérir

Sandrine Cartier est coach certifiée, équicoach, analyste des rêves et de l'inconscient. Auteure et formatrice également, elle est formée notamment en coaching d'équipe, PNL, communication animale... Elle a une longue expérience à l'international et parle 5 langues étrangères. Prestations disponibles en anglais, allemand, espagnol entre autres. 

© 2020 par le Sens des Rêves

  • LinkedIn Social Icône
  • Pinterest social Icône
  • Instagram
  • Facebook Social Icon